Aller au contenu / Aller à la navigation / Aller à la navigation thématique / Aller à la sous-navigation thématique / Aller à la recherche > accueil ([]+1) | la mairie ([]+2) | vivre ([]+3) | se distraire ([]+4) | se développer ([]+5) | découvrir ([]+6) | contact([]+7) | plan du site([]+8) |
mentions légales([]+9) | accessibilité ([]+0)

Faune et flore

A découvrir dans le Langeadois et aux alentours sur les traces des guides du pays du Haut-Allier.

Photos SMAT Haut-Allier

- Le saumon atlantique à Chanteuges

Le cycle de vie du saumon est tout à fait remarquable. Né au printemps, l’alevin reste les premières semaines dans les galets. A la fin de l’été, mesurant alors 10 cm, il devient tacon et se nourrit d’invertébrés aquatiques. Au bout d’un an, il se transforme en smolt. Prenant une couleur argentée, il entame à la faveur d’une crue sa migration vers la mer. Après un parcours de 5000 km dans l’océan atlantique, il parvient dans les zones de grossissement au large du Groenland. Il y reste de 1 à 4 ans et une fois la taille adulte atteinte, retourne vers la rivière où il est né pour s’y reproduire.

JPEG - 8.4 ko

- La forêt de Pourcheresse en direction de Saugues

La forêt domaniale de Pourcheresse, ancienne propriété des seigneurs de Langeac abrite aujourd’hui plusieurs sentiers de découverte qui tout à tour conduisent le visiteur de l’Ermitage Saint-Gal, à la source ferrugineuse, sans oublier l’arboretum « éclaté ».

JPEG - 19.2 ko
visite onf

- Le Conservatoire Botanique National du Massif Central près de Paulhaguet

Implanté depuis quelques années dans le bourg de Chavaniac-Lafayette, à deux pas du château natal du général la Fayette, le Conservatoire Botanique du Massif Central poursuit ses missions de sauvegarde et de valorisation de la flore, en attendant l’ouverture d’une partie de ses collections de végétaux au public.

CBMC/SMAT Ht Allier

- Les chauves-souris des anciennes mines

La diversité des habitats (anciennes galeries minières, châteaux, granges, ponts, …) tout comme celle des zones de chasse (forêts, prairies bocagères, …) font du pays de Paulhaguet un territoire propice à la présence et au développement des chauves-souris. Rares et menacées, ce mammifère insectivore constitue un élément important de la biodiversité du territoire et fait aujourd’hui l’objet de nombreuses mesures de préservation.

- La flore méditerranéenne de Chilhac

Avec un climat chaud et sec, Chilhac abrite une flore unique dans la région. Sur la coulée basaltique, la pratique du pacage des moutons (comme sur le mont St Roch à Langeac), a favorisé l’installation d’une maigre pelouse et provoqué l’érosion du sol laissant apparaître la roche noire qui, bien exposée au soleil, emmagasine la chaleur. Le microclimat ainsi créé permet à des plantes méditerranéennes de se développer comme l’Hepedra Major.

- La vigne de la Ribeyre

Véritable enclave méditerranéenne en Auvergne, la Ribeyre possède, de par son microclimat, tous les atouts nécessaires à la culture de la vigne : ensoleillement, coteaux exposés au sud, terres légères et acides, faible altitude. Développé au Moyen-Âge par les seigneurs locaux et les abbés, le vignoble de la Ribeyre connu son apogée à la fin du XIXe siècle, puis périclita rapidement sous les effets conjugués du phylloxéra et de l’exode rural. Ne subsistent aujourd’hui que les terrasses, cabanes et maisons vigneronnes qui témoignent de l’organisation minutieuse des terroirs, ainsi qu’un conservatoire des cépages qui sauvegarde ce patrimoine viticole.

- Les richesse ornithologiques du Haut-allier

Si les rapaces restent l’emblème et la fierté du Haut-Allier : milan royal, busard Saint-Martin, hibou grand-duc, pas moins de 150 autres espèces : huppe fasciée, hirondelles, cingle plongeur, … animent la vallée de l’Allier et en font un site d’exception pour l’observation des oiseaux

milan royal/SMAT

- L’avifaune des gorges de l’Allier

Les falaises abruptes et impénétrables, les landes à genêts ou les vastes hêtraies-sapinières abritent de nombreuses espèces d’oiseaux parmi lesquels on retrouve le circaète Jean-le-Blanc, rapace emblématique des gorges de l’Allier qui se nourrit presque exclusivement de reptiles d’où son nom d’aigle mangeur de serpents, le pic noir, le hibou Grand Duc ou la petite chouette de Tengmalm…

- Les tourbières du pays de Saugues Les tourbières inexploitées de Margeride ont conservé des végétaux remarquables et rares, hérités des dernières périodes glacières comme le bouleau nain. Ce petit arbuste fait à lui seul tout l’intérêt des tourbières de Margeride car il est principalement répandu dans les tourbières d’Europe du nord. On trouve la Drosera, petite plante carnivore, qui se nourrit de petits insectes, palliant ainsi la pauvreté du sol.

drosera

Plus d’infos : Office de Tourisme des gorges de l’Allier